Sobre la Taxa a les Transaccions Financeres

Ahir vàrem aprovar la Taxa a les Transaccions Financeres en el Parlament Europeu i us recomano aquesta entrevista al diputat francès de l’S&D Liem Hoang Ngoc sobre la qüestió.

La taxe ‘grain de sable’ en bonne voie” (Diari Dernières nouvelles d’Alsace, DNA)

Signal fort envoyé au Conseil européen réuni à Bruxelles, le Parlement européen a largement approuvé hier le principe de la création d’une taxe sur les transactions financières (TTF), que la gauche européenne réclame depuis 12 ans et pour lequel la Commission a fini par rédiger une proposition législative. Rencontre avec le député européen socialiste français Liêm Hoang Ngoc, économiste qui participa notamment à la création d’ATTAC* en 1998.

– La TTF européenne est-elle encore proche de la fameuse taxe Tobin qui a donné son nom à Attac ?

– « Son champ est plus large que la taxe Tobin. L’idée de Tobin, qu’il émet pour la première fois en 1971, était de lutter contre la spéculation sur les monnaies, sur le marché des changes. Il voulait introduire un grain de sable sur ce marché pour protéger certains pays qui étaient attaqués de la sorte, avec pour conséquence une dévaluation de leur monnaie. Depuis, le domaine de la spéculation s’est élargi, et toute TTF européenne devait nécessairement toucher, aussi, un domaine plus large. Elle ne frappera pas le marché primaire, qui permet de financer des projets dans l’économie réelle, mais les transactions sur le marché secondaire (celui où l’on revend, pour spéculer, des actions et obligations déjà émises), sur le marché des changes et sur les produits dérivés. Ça permet de s’attaquer à ce qu’on appelle le trading à haute fréquence, où des actions peuvent s’échanger plusieurs fois dans la même journée. Le projet de la Commission, que nous venons de valider, est de taxer à 0,1 % les actions et les obligations, et à 0,01 % les produits dérivés. »

– Ça semble minuscule…

– « C’est tout à fait dans l’esprit de la taxe Tobin : fixer un taux qui soit suffisamment faible pour ne pas être prohibitif et suffisamment important pour introduire un grain de sable dans les rouages de la spéculation.

Mais aussi, et c’est ça qui a permis de rallier une partie des conservateurs, la TTF permettra de dégager des ressources propres pour le budget de l’UE – on évalue quand même les retombées à 57 milliards par an ! Cette manne permettra par exemple de baisser la contribution des États (seule ressource de l’UE jusqu’ici ; ndlr) à un moment où on leur demande, justement, d’être vigilants sur leurs déficits. Et une partie pourrait être affectée à des projets européens. Ça nous permettrait de concilier lutte contre la spéculation, justice sociale (les citoyens, véritables victimes de la crise, seront moins mis à contribution), réduction des déficits et relance de la croissance ! »

– Mais il y a des États qui sont très réticents, le Royaume-Uni en tête, et il est déjà question de créer la taxe sans eux. Cela ne met pas son efficacité en danger ?

– « La parade imaginée, c’est de taxer les transactions financières là où elles se font et sur le lieu de résidence, ce qui réduit considérablement le risque de ‘délocalisations’dans le secteur de la finance. Et donc, même si on devait faire cette taxe sans Londres et la City, des transactions qui impliqueraient un acheteur dans un État concerné seraient taxées quand même. Londres a tout intérêt à la relance de la croissance, et la large majorité obtenue aujourd’hui (487 contre 152) est un signal important envoyé au Conseil européen. »//

* Mouvement altermondialiste, ATTAC signifiait, à sa création, « Association pour une taxe Tobin d’aide aux citoyens »

Deixa un comentari

L'adreça electrònica no es publicarà. Els camps necessaris estan marcats amb *

Aquest lloc utilitza Akismet per reduir el correu brossa. Aprendre com la informació del vostre comentari és processada